Comment choisir son lit futon ? On vous dit tout

Prenez votre passeport, aujourd’hui nous mettons le cap sur le pays du Soleil Levant ! Nous nous intéresserons plus particulièrement aux styles de literies qui équipent les maisons et les appartements, le futon. Les Japonais sont réputés pour leur art de vie zen, qui mêle culture ancestrale et modernité galopante.

Les occidentaux l’ont bien compris, il y a de nombreuses choses à importer dans nos contrées, à commencer par un lit original, le futon.
Le Japon possède une population de 123 millions d’habitants qui s’entasse sur les littoraux de l’archipel. Le résultat ? Peu de logements disponibles et ils sont souvent de petites tailles. Les chambres ne sont pas épargnées et il a donc fallu trouver une solution pour dormir sans occuper trop d’espace dans l’appartement. Ainsi sont nés les futons. La version occidentale, le lit japonais, s’est quelque peu éloignée du modèle original.

Un futon, qu’est-ce que c’est ?

Même si la croyance populaire attribue la création du futon aux Japonais, un autre pays est en réalité à l’origine de ce lit original. Le futon est en effet né en Inde (qui connaît les mêmes soucis de taille de logements), puis la Chine l’a importé sur son sol avant qu’il ne termine son voyage en Asie de l’Est, au Japon.
Au fil des siècles, ce qui n’était à la base qu’un modeste lit de fortune s’est peu à peu imposé dans toutes les habitations japonaises. Vous le retrouverez au cinéma ou dans les mangas, mais aussi dans les maisons traditionnelles, les studios d’étudiants ou encore les célèbres Ryokan, les auberges où les voyageurs peuvent s’installer pour connaître le luxe et l’hospitalité légendaire des japonais. Ce lit original fait la joie des visiteurs étrangers qui ne conçoivent pas leur séjour sans dormir au moins une fois dans un futon.
Ce lit atypique est composé de 3 éléments distincts :
Un matelas dont l’âme est réalisée avec du coton naturel et de la matière synthétique, qui ne mesure que de 10 à 15 cm d’épaisseur. Il porte le joli nom de shikibuton.
Pour vous garder bien au chaud, une couette elle-aussi en coton vous sera fournie. Il s’agit de la kakebuton, ce qui signifie littéralement « dessus de futon ».
Enfin, vous trouverez un coussin pour reposer votre tête, le makura. Ces oreillers traditionnels offrent un confort inimitable grâce à leur garniture : ils sont en effet remplis avec des haricots ou avec des perles en plastique.
Vous comprenez tout de suite l’intérêt pour les japonais d’équiper leurs chambres de futons. La faible épaisseur du matelas permet de le rouler et de le ranger facilement dans un placard. La journée, les pièces sont donc vidées de leur literie et lorsqu’il est l’heure de se coucher, le futon est déplié directement sur le sol. Mais évidemment, pour ne pas souffrir de maux de dos au réveil, les sols sont conçus dans une matière plus souple que le parquet ou le carrelage : en tatami. Ce dernier se compose de couches de paille de riz superposées, entrecroisées puis compressées, et que l’on recouvre ensuite de joncs. Le sol conserve ainsi une certaine souplesse.
L’autre avantage du futon, c’est sa légèreté, qui permet de l’aérer facilement. En effet, le Japon est régulièrement arrosé par des pluies diluviennes. Les chambres sont donc soumises à une humidité extrême, et le futon, composé majoritairement de coton naturel peut en pâtir. Il n’est donc pas rare de voir les habitants du pays suspendre à l’extérieur leurs shikibuton et kakebuton lorsqu’il fait beau. Cela permet également d’éviter que la moisissure ne s’incruste sur le futon et de chasser les mauvaises odeurs.

A qui s’adresse le futon ?

Ceux qui sont à la recherche d’un lit original pour équiper leur chambre seront forcément séduits par le futon. Cependant, il vous faudra prendre en compte les points suivants.
Dans sa forme traditionnelle, c’est-à-dire un matelas en coton relativement fin posé directement sur le sol, le futon offre un couchage plutôt ferme. Il s’adresse donc en priorité aux personnes qui recherchent ce type d’accueil, et qui n’ont pas de difficulté à se relever depuis le sol. Rien ne vous empêche de superposer deux futons pour un peu plus de souplesse de la literie.
Le futon peut également convenir à un couchage d’appoint ou encore pour garnir un canapé convertible. De plus, comme il est facilement transportable, il peut tout à fait trouver sa place dans le coffre de la voiture de ceux qui partent régulièrement en vacances en camping.
Afin que le futon conserve le plus longtemps possible son confort, il est conseillé pendant les trois premiers mois de le retourner une fois par semaine, puis par la suite une à deux fois par mois.
L’odeur parfois forte du coton s’estompe assez rapidement.

Quelle différence avec un lit japonais ?

Nous le disions en introduction, le lit japonais dans sa version occidentale n’a plus vraiment grand-chose à voir avec le modèle traditionnel. Le plus souvent, il désigne plutôt un type de lit original plutôt design, avec un sommier réalisé dans un bois précieux, et non plus l’ensemble matelas-couette-oreiller posé directement sur le sol.
Ce relooking du futon a été réalisé dans les années 70 en Amérique, par le designer de meubles William Brouwer. Séduit par l’aspect pratique du futon dans les chambres de petites tailles, Brouwer a entendu le mettre au goût du jour des Américains. Il a donc inventé le hide-a-bed, ce qui signifie le lit caché. Il consistait en un matelas facilement pliable mais que l’on posait sur des lattes en bois pour éviter de dormir directement sur le sol. La structure était repliable pour se transformer en sofa la journée, et retrouvait sa forme allongée la nuit.
Une armée de designers a ensuite repensé cette invention et a proposé toujours plus de designs séduisants de cadre de lits et des âmes de matelas plus résistantes et confortables.
Pour imiter le couchage traditionnel, les structures des lits japonais sont le plus souvent conçus avec des pieds courts afin que ceux-ci restent près du sol. Bambou, hévéa, teck et autres bois massifs, il en existe pour tous les goûts, pour toutes les décorations d’intérieur et pour toutes les bourses.
Le matelas s’est aussi adapté à la demande du marché occidental. A côté du coton, vous trouvez désormais des assemblages de matières, convenant à tous les besoins, ferme mi ferme ou très ferme.
Citons ces trois exemples :
Le coton coco, qui offre un accueil très ferme.
Le coton mousse, pour un confort ferme. La mousse empêche que le coton ne se tasse.
Encore plus souple, le coton latex, qui est à proscrire pour les personnes souffrant du dos.

Si vous êtes tenté d’instaurer une ambiance zen typiquement orientale dans votre chambre, il ne vous reste plus qu’à choisir, comme le font les Japonais, entre tradition et modernité : futon-tatami ou lit japonais à l’occidentale. Il est à parier que quand vous ferez visiter votre maison, votre lit original ne laissera personne indifférent.