Le sommeil profond

Profond ou lent profond, ce sommeil ne représente qu’une petite partie du temps passé à dormir, mais c’est le stade le plus réparateur, tant pour le corps que pour le cerveau. Découvrez ce qui vous arrive pendant le sommeil profond.

Le sommeil lent est la première phase d’un cycle de sommeil, la plus longue. Cette phase, qualifiée de sommeil “calme à ondes lentes”, dure entre 60 et 75 minutes pendant lesquelles succèdent quatre stades :

  • stade 1 : l’endormissement (somnolence, puis assoupissement) ;
  • stade 2 : le sommeil léger ;
  • stade 3 : le sommeil profond (ou sommeil établi) ;
  • stade 4 : le sommeil très profond (ou sommeil lent profond).

L’endormissement et le sommeil léger

Le stade 1 est une étape transitoire entre l’éveil et le sommeil. Pendant ce stade, vous n’avez pas encore l’impression de dormir : vous passez de la somnolence à l’assoupissement.

Le stade 2 est un sommeil bien réel, mais encore suffisamment léger pour qu’un mauvais dormeur affirme qu’il ne dormait pas si on le réveille lors de cette période. Mais la plupart des dormeurs a généralement conscience d’avoir dormi.
Durant cette phase, le dormeur est encore sensible à l’environnement extérieur. Un bruit ou une lumière intense suffisent pour le réveiller.
La respiration devient régulière, les activités oculaire et musculaire se réduisent mais ne s’arrêtent pas.

Ce stade représente environ 50% du temps total de sommeil (et même l’essentiel du temps pour une personne âgée).

Le sommeil lent et profond

Les stades 3 et stade 4 du sommeil lent expliquent bien la caractéristique de lenteur, puisque ce sont les périodes pendant lesquelles les ondes cérébrales sont très lentes et avec une grande amplitude. Le sommeil est alors profond ce qui rend difficile de réveiller un dormeur pendant cette période : il est isolé du monde extérieur par le sommeil. Longtemps perçu de l’Antiquité à nos jours comme un état totalement passif, souvent comparé à une “petite mort”, le sommeil profond est en réalité une étape importante et très active du sommeil qui répare, régénère et construit.

Métabolique et neurovégétatif, ce sommeil efface les fatigues, réhabilite les fonctions et redistribue l’énergie. Il est essentiel en particulier chez l’enfant.
Même si les rêves seront plus nombreux et mémorables pendant la phase suivante dite de sommeil paradoxal, ils existent lors du sommeil profond bien qu’on ne s’en souvienne généralement pas.

Ces stades représentent environ 20% du temps total de sommeil.

Et après ?

Les phases suivantes sont celle du sommeil paradoxal, puis celle du sommeil intermédiaire, portant la durée total moyenne d’un cycle à 90 ou 100 minutes.


Note de l’article

5/5 (1 avis)

Qu'en pensez-vous ?

Leave A Reply