Les principales questions sur l’insomnie (et les réponses)

0

Vous êtes peut être parmi le tiers de français qui souffrent d’insomnie, mais comment le savoir avec certitude ? Quelle sont les effets sur votre vie ? Comment vous soigner ? Et autres questions-réponses.

Comment déterminer si je souffre d’insomnie ?

L’insomnie n’est pas un léger trouble du sommeil. Si vous dormez à peine 6 heures par nuit, ou si vous vous couchez tard régulièrement, mais que cela ne gêne pas pendant votre journée, vous n’êtes simplement pas un gros dormeur. En revanche, si vous ressentez de la fatigue après chaque nuit, au réveil mais aussi pendant la journée, si vous vous dites – tous les jours – “ce soir, je me couche tôt”, alors c’est peut être l’un des signes de l’insomnie. Celle-ci se caractérise de plusieurs façons : vous aurez peut être du mal à vous endormir avant un long moment, vous vous réveillerez avant le lever du soleil ou même plusieurs fois par nuit. Pour simplifier, il est question d’insomnie si vous constatez une diminution notable de la qualité et de la durée de votre sommeil, et que cela a un impact sur votre journée et plus globalement sur votre santé.

Je me réveille toujours fatigué. Suis-je insomniaque ?

Pas forcément. Vous souffrez probablement d’un trouble du sommeil, mais ce pourrait être des apnées du sommeil, comme dans 10% des cas. C’est un phénomène qui bloque votre respiration pendant plusieurs secondes et plusieurs fois pendant votre nuit.
Ce trouble apparaît plus souvent chez l’homme de 40 ans, mais concerne potentiellement chaque dormeur.
Votre médecin traitant vous orientera certainement si besoin vers un centre du sommeil afin d’observer et confirmer le diagnostic. Différentes solutions existent pour traiter les symptômes, de l’orthèse dentaire à la chirurgie légère.

Quels effets de l’insomnie sur ma vie quotidienne ?

L’insomnie se traduit évidemment par un manque de sommeil chronique ou permanent qui n’est pas sans conséquence sur votre santé. La fatigue pendant la journée est naturellement le premier effet ressenti, mais elle souvent accompagnée de maux de têtes, parfois de nausées et de tensions musculaires. En manque d’énergie pour affronter la journée, votre corps est également plus faible et plus exposé à des maladies virales.
Votre cerveau n’est pas en reste, vous rendant plus irritable, plus susceptible, voire agressif. Bref, de mauvaise humeur. Mais ce n’est pas tout : votre capacité de concentration se trouve affectée, tout comme vos réflexes. Cela paraît banal, mais vous êtes nettement moins efficace par manque de sommeil.

Le somnifère est-il le seul remède contre l’insomnie ?

Malgré les effets secondaires indésirables de certains hypnotiques – la catégorie de médicaments contre l’insomnie, les nouvelles générations de somnifères apportent moins de désagréments comme l’effet brouillard au réveil ou l’accoutumance.
Mais les somnifères sont avant tout des médicaments et doivent donc être appréhendés comme tels : ils apportent des bénéfices mais sont toujours accompagnés de risque. Ne vous laissez jamais tenter par l’automédication et consultez un médecin.

Surtout, les somnifères ne sont pas nécessairement la solution à votre problème. Si vos troubles sont causés par des ronflements ou des apnées du sommeil, d’autres solutions existent : consultez les articles dédiés à ces sujets.

Existe t-il un risque sérieux de dépendance aux somnifères ?

On ne répètera jamais assez qu’un médicament ne peut être auto-prescrit. Certains somnifères parmi les anciennes générations d’hypnotiques peuvent entraîner une accoutumance qui nécessite une phase de sevrage en fin de traitement.

Les hypnotiques aujourd’hui disponibles ne présentent pas cet inconvénient majeur, tout comme ils n’influent pas sur le rythme naturel de sommeil. Ils ne doivent cependant pas cohabiter avec certains autres médicaments et doivent toujours être pris sur de courtes période et sous la surveillance d’un médecin.

Comments are closed.